Référé liberté au Conseil d’État

En qualité de mandataire de votre pétition,  j’ai décidé, de déposer un référé liberté au conseil d’Etat, afin qu’il valide la méthode de validation du Conseil Economique Social et Environnemental.

37 Commentaires à “Référé liberté au Conseil d’État”

  1. GIRAUD Isabelle 6 mars 2013 at 20 h 06 min #

    Merci infiniment, Monsieur Brillault, que ferions-nous sans vous, et sans les personnes de la Manif Pour tous ?
    Bravo, j’aimerais tellement vous aider, mais quoi faire ? A part une révolution ? On est tombés dans la plus cuisante des dictature, qui veut salir nos enfants :
    maintenant le ministre de l’Education veut apprendre aux enfants dès la maternelle ce que c’est que l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité : horreur : ils n’ont pas le droit de toucher à l’intimité de nos enfants !!!
    Surtout sur des thèmes pareils, scabreux, inutiles et troublants pour les enfants !
    Tous à la manif le 24 mars, je ne supporte plus les dépravés du gouvernement et de la mairie de Paris !!

  2. FrédéricLN 26 février 2013 at 8 h 48 min #

    Bravo, M. le Maire, pour cette initiative. Le commentaire signé Clément Monnier ci-dessus me semble particulièrement juste.

    Cependant votre « référé liberté » devrait porter sur le respect des droits constitutionnels — « une fois validées les signatures et le fait que le sujet est économique, social ou environnemental -> que le CÉSE s’en saisisse effectivement ».

    Plutôt que sur la procédure statistique de validation : je vois mal comment celle retenue mépriserait les droits constitutionnels des signataires. En fait, s’il fallait retrouver chacun des 690000 signataires pour vérifier qu’il l’est effectivement (que le document n’est pas un faux), ce serait un travail de titan, tout à fait déraisonnable au regard du critère inscrit dans la loi (valider le dépassement du seuil de 500000).

  3. Geoff 22 février 2013 at 15 h 58 min #

    Je viens d’appeler le contact presse du Cese pour demander une modif du communiqué. Ce serait normal…

  4. Herge 22 février 2013 at 14 h 37 min #

    Bravo à tous,
    Encore une tentative de nous faire taire…

    Je note les 2 adresses de courriel, je me prépare une petite baffouille personnel.

    Envoyons chacun, chacune un petit courriel, 2 Millions de mail, sa messagerie sera un temps indisponnible, mais après tout, c’est peut-être ceux qu’il recherche.

  5. fbi 22 février 2013 at 13 h 56 min #

    Bonjour,

    combien de pétition à ce jour? Merci.

  6. Jojo 22 février 2013 at 13 h 52 min #

    Le 17 septembre 2011, Delevoye était invité dans le grand restaurant du siège de la G∴L∴D∴F∴, rue Puteaux à Paris. Il se trouvait à la table du Grand Maître…
    http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/tag/jean-paul-delevoye/
    Ce qui expliquerait son peu d’entrain à examiner le recours déposé.

  7. Guy 22 février 2013 at 13 h 46 min #

    J’ai adressé au mail de la signataire ( sylvaine.couleur@clai2.com )du communiqué de presse le texte suivant :

    « Madame,
    Je lis avec stupéfaction le communiqué de presse sur papier à timbre du CESE concernant « Le CESE accuse réception de la pétition contre le projet de loi ouvrant le mariage ».
    Je suis moi-même signataire d’une pétition sur ce sujet, dont tout me laisse à penser qu’il s’agit de celle pour laquelle vous avez publié ce
    communiqué de presse.
    Or j’ai signé le document ci-joint qui  » demande son avis sur le projet de loi ouvrant « Le mariage aux couples de personnes de même sexe et son contenu ». »
    Sauf si la langue française a subi depuis cette date une modification qui m’aurait échappé, il me semble qu’en préjugeant de mon opinion personnelle comme signataire de cette pétition, vous me causez un
    préjudice certain dont je serais en droit de vous demander réparation.

    Aussi, je vous demande expressément de procéder à l’émission d’un nouveau communiqué, diffusé aussi largement que le précédent afin de faire état de la réalité des termes qui figurent sur cette pétition que j’ai signée ainsi que 700 000 autres citoyens.

    Avec mes salutations distinguées »

    J’invite tous ceux qui partagent mon oipnion à en faire autant

    • Augustin 22 février 2013 at 14 h 26 min #

      Bravo, vous avez eu raison, j’ai eu la meme démarche ce matin.
      cdlt

    • Bruno73 22 février 2013 at 15 h 02 min #

      j’ai eu également la même démarche dès hier soir

    • Bernard 22 février 2013 at 16 h 06 min #

      Ma femme et moi venons d’envoyer un mail à cette dame. J’ai invité mes connaisances à en faire autant.
      Le communiqué du CESE est inadmissible de la part d’une Assemblée consultative de la République. Mais les termes de ce communiqué ne sont pas le fruit du hasard. Il faut effectivement réagir à ce « coup tordu ».

      • de Launay 22 février 2013 at 17 h 09 min #

        j’ai fait de même.
        En revanche cette dame travaille dans l’agence de communication en charge de la communication du CESE. Pour être sur que ma demande est bien relayée, j’ai donc envoyé un mail identique à l’attention du Président Delevoye a: contact@lecese.fr

    • Jean-Marc 22 février 2013 at 20 h 46 min #

      Merci pour cet excellent texte.
      J’en ai fait le meilleur usage ….

  8. De Launay 22 février 2013 at 13 h 23 min #

    Un système politique ou une minorité dicte sa voix au reste de la population et refuse d’entendre les voix du peuple, c est une dictature.
    Serions nous en train de tomber la dedans? J’ainpeur que oui…

  9. Augustin 22 février 2013 at 12 h 43 min #

    Bonjour,

    Il faudrait obtenir une correction de ce communiqué (http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/Saisine%20mariage%20150213_0.pdf).

    En effet, la pétition que j’ai signée et que j’ai faite signer n’est pas contre le projet mais demande simplement un avis. Même des gens qui n’étaient pas hostiles au projet l’on signée en me disant « oui, cela vaut le coup d’en parler et d’étudier les conséquences ».

    Par ailleurs, il est très étonnant (et assez révélateur!) que ce communiqué ne fasse même pas apparaitre les termes ou le contenu exact de cette pétition mais se contente d’en déformer les propos.

    Le CESE est en train de ternir son image et de perdre sa crédibilité.
    Il faut exiger un communiqué reprenant les termes exacts de la pétition de manière transparente et objective.

    Merci M. le Maire de votre vigilance (courrier, référé,…), on vous soutiendra jusqu’au bout pour défendre notre démocratie.

  10. DESROZIERS MICHEL 22 février 2013 at 12 h 10 min #

    @Bernard
    En manifestant
    soyons 2 millions le 24 Mars Tous à Paris

    • Bernard 22 février 2013 at 12 h 55 min #

      Il faudrait trouver un moyen pour faire connaître le texte de notre pétition à tous les Français.

      M.Delevoye avait pourtant déclaré le 12 juin 2012 devant le Président de la République :

      « Les événements écrivent les plus belles pages de l’histoire politique, les circonstances façonnent et grandissent les hommes politiques. Winston Churchill avait coutume de dire que «le politique pense à sa prochaine élection lorsque l’homme
      d’État pense à la prochaine génération.» Nous avons une responsabilité collective vis-à-vis de notre jeunesse, thème qui vous est cher et
      auquel nous consacrerons la seconde partie de notre séance plénière cet après-midi. »

      Du bla-bla-bla ? Je le crains, compte-tenu de ce qui se passe en ce moment.

      La jeunesse ne commence-t-elle pas à la
      naissance ? Un père, une mère, c’est élémentaire.

      Au 24 mars.

  11. DESROZIERS MICHEL 22 février 2013 at 10 h 55 min #

    Aucune surprise : M Delevoye était déjà intervenu à propos de notre pétition dans une interview de la Croix. Sa démarche consistait, à l’époque à nous dissuader de lancer cette action. Voila qui en dit long sur le personnage dont la position cadre étrangement avec certaines crypto-mouvances. Lorsqu’on préside une telle institution, on a un devoir de réserve et, sauf à s’inscrire en complices, les membres de son bureau devraient juger inacceptable d’être mis de la sorte devant le fait accompli.

    • Freddie 22 février 2013 at 11 h 04 min #

      @Desroziers Michel. Entièrement d’accord avec vous !

    • Bernard 22 février 2013 at 11 h 25 min #

      C’est de la mauvaise foi politicienne.
      Comment lutter contre la mauvaise foi ?

  12. Jojo 22 février 2013 at 10 h 47 min #

    Delevoye tient à rester président du CSCE. Ces signatures l’emm…

  13. clement 22 février 2013 at 10 h 38 min #

    J’ai envoyé le courriel suivant au CESE :
    contact@lecese.fr

    « Monsieur le Président, Je me permets de vous écrire, suite à l’interview que vous avez bien voulu accorder, ce jeudi 21 février 2013, à trois journalistes – Romain Mazenod, Louis Daufresne, Mathieu Castagnet – dans le cadre de l’émission « face aux chrétiens », animée par Jean Michel Blier. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=q-2kdl7is9M

    Au cours de cette émission, vous avez, en effet, déclaré que la pétition qui vous a été adressée – aux termes de l’article 69 de la Constitution et de la loi organique n° 2010-704 du 28 juin 2010, qui en découle – vous demanderait de vous prononcer « pour ou contre la loi », ce qui rendrait irrecevable sur le fond une telle pétition, pour des raisons constitutionnelles évidentes.

    Pourtant, à l’examen de la pétition, il semble que les requérants ne demandent nullement au CESE de se prononcer en faveur ou en défaveur de la loi. Seulement d’exprimer un avis consultatif, en vue d’éclairer la Société sur les enjeux juridiques, sociaux, environnementaux, sociétaux, familiaux, que sous entend le texte. Libre à chacun, par la suite, de se forger une opinion sur le sujet et aux parlementaires de voter en conscience, en faveur ou en défaveur du texte. http://www.lamanifpourtous.fr/mediatheque/petition_citoyenne.pdf

    Dès lors, pourquoi laisser entendre que la pétition que vous avez reçue récemment aurait un objectif qui diffèrerait de celui qui prévaut quand le Gouvernement vous sollicite ? Ou quand un élu saisit – en l’espèce, le Président de la République – le comité éthique pour avoir ses impressions sur la PMA/GPA ?

    Donner son avis, ce n’est pas priver le Législateur (ou/et la Société) de jugement. On peut se rallier aux mises en garde du Conseil d’Etat sur le texte. On peut tout autant passer outre. De même, la Cour des Comptes rédige t elle des recommandations que le Législateur (comme la Société) n’est nullement contraint de suivre. Pourquoi en irait il autrement s’agissant du CESE ?

    A l’heure actuelle, chacun donne son avis au Législateur, en éclairant le débat par un angle différent. Les juristes de la famille et de l’adoption donnent ainsi des pistes de travail aux parlementaires. Les psychiatres et psychologues transmettent leur savoir et leur expérience. Les philosophes et les artistes offrent une perspective différente et intéressante sur le sujet. Et, on le sait, le comité d’éthique est appelé, de son coté, à exprimer son avis en étudiant les angles scientifique et éthique, du projet de loi.

    Pourquoi le CESE, saisit pour avis, n’accepterait il pas, de son coté, d’étudier les angles sociaux, économiques, environnementaux et pourquoi pas européens du projet de loi ?

    En vérité, il semble que le CESE (ou son Président ?) soit seul à donner une tonalité « pour ou contre » à la pétition qu’il a reçu. Ce, en confondant une association 1901, qui a manifesté son opposition au projet de loi (la Manif pour tous) avec les signataires de la pétition sus mentionnée, dont l’opinion sur le projet de loi ne peut être définie comme « de même nature à celui de l’association Manif pour tous »…Sauf à considérer que tout signataire d’une pétition est, par nature, inféodé à ceux qui en ont l’initiative !

    Est-ce à dire que les 2 millions de personnes qui ont, en 2009, participé à la « votation citoyenne » réalisée sous l’égide du PS…Etaient toutes en phase avec ce parti ? J’apprécierai à cet égard, que le CESE corrige ses communiqués, en déclarant avoir reçu – car tel est le véritable objet du texte – une pétition, signée par plus de 500 000 personnes, l’invitant à exprimer son « avis consultatif » sur le projet de loi en cours d’analyse par le Parlement…Au lieu de prétendre avoir reçu une pétition « contre le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ». http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/Saisine%20mariage%20150213_0.pdf

    Etant favorable à ladite ouverture, il me semble extrêmement néfaste que le CESE fasse dire à une pétition ce qu’elle s’interdit ou qu’une Institution républicaine puisse prétendre à l’irrecevabilité d’une demande, parce qu’elle ou son Président, confond l’opinion des signataires de la pétition avec celle de l’association qui est à l’initiative de cette pétition. »

    Cordialement C. Monnier

  14. clement 22 février 2013 at 10 h 37 min #

    J’ai envoyé le courriel suivant au CESE :
    contact@lecese.fr

    « Monsieur le Président, Je me permets de vous écrire, suite à l’interview que vous avez bien voulu accorder, ce jeudi 21 février 2013, à trois journalistes – Romain Mazenod, Louis Daufresne, Mathieu Castagnet – dans le cadre de l’émission « face aux chrétiens », animée par Jean Michel Blier. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=q-2kdl7is9M

    Au cours de cette émission, vous avez, en effet, déclaré que la pétition qui vous a été adressée – aux termes de l’article 69 de la Constitution et de la loi organique n° 2010-704 du 28 juin 2010, qui en découle – vous demanderait de vous prononcer « pour ou contre la loi », ce qui rendrait irrecevable sur le fond une telle pétition, pour des raisons constitutionnelles évidentes.

    Pourtant, à l’examen de la pétition, il semble que les requérants ne demandent nullement au CESE de se prononcer en faveur ou en défaveur de la loi. Seulement d’exprimer un avis consultatif, en vue d’éclairer la Société sur les enjeux juridiques, sociaux, environnementaux, sociétaux, familiaux, que sous entend le texte. Libre à chacun, par la suite, de se forger une opinion sur le sujet et aux parlementaires de voter en conscience, en faveur ou en défaveur du texte. http://www.lamanifpourtous.fr/mediatheque/petition_citoyenne.pdf

    Dès lors, pourquoi laisser entendre que la pétition que vous avez reçue récemment aurait un objectif qui diffèrerait de celui qui prévaut quand le Gouvernement vous sollicite ? Ou quand un élu saisit – en l’espèce, le Président de la République – le comité éthique pour avoir ses impressions sur la PMA/GPA ?

    Donner son avis, ce n’est pas priver le Législateur (ou/et la Société) de jugement. On peut se rallier aux mises en garde du Conseil d’Etat sur le texte. On peut tout autant passer outre. De même, la Cour des Comptes rédige t elle des recommandations que le Législateur (comme la Société) n’est nullement contraint de suivre. Pourquoi en irait il autrement s’agissant du CESE ?

    A l’heure actuelle, chacun donne son avis au Législateur, en éclairant le débat par un angle différent. Les juristes de la famille et de l’adoption donnent ainsi des pistes de travail aux parlementaires. Les psychiatres et psychologues transmettent leur savoir et leur expérience. Les philosophes et les artistes offrent une perspective différente et intéressante sur le sujet. Et, on le sait, le comité d’éthique est appelé, de son coté, à exprimer son avis en étudiant les angles scientifique et éthique, du projet de loi.

    Pourquoi le CESE, saisit pour avis, n’accepterait il pas, de son coté, d’étudier les angles sociaux, économiques, environnementaux et pourquoi pas européens du projet de loi ?

    En vérité, il semble que le CESE (ou son Président ?) soit seul à donner une tonalité « pour ou contre » à la pétition qu’il a reçu. Ce, en confondant une association 1901, qui a manifesté son opposition au projet de loi (la Manif pour tous) avec les signataires de la pétition sus mentionnée, dont l’opinion sur le projet de loi ne peut être définie comme « de même nature à celui de l’association Manif pour tous »…Sauf à considérer que tout signataire d’une pétition est, par nature, inféodé à ceux qui en ont l’initiative !

    Est-ce à dire que les 2 millions de personnes qui ont, en 2009, participé à la « votation citoyenne » réalisée sous l’égide du PS…Etaient toutes en phase avec ce parti ? J’apprécierai à cet égard, que le CESE corrige ses communiqués, en déclarant avoir reçu – car tel est le véritable objet du texte – une pétition, signée par plus de 500 000 personnes, l’invitant à exprimer son « avis consultatif » sur le projet de loi en cours d’analyse par le Parlement…Au lieu de prétendre avoir reçu une pétition « contre le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ». http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/Saisine%20mariage%20150213_0.pdf

    Etant favorable à ladite ouverture, il me semble extrêmement néfaste que le CESE fasse dire à une pétition ce qu’elle s’interdit ou qu’une Institution républicaine puisse prétendre à l’irrecevabilité d’une demande, parce qu’elle ou son Président, confond l’opinion des signataires de la pétition avec celle de l’association qui est à l’initiative de cette pétition.

    Cordialement C. Monnier

  15. Freddie 22 février 2013 at 9 h 59 min #

    Je rejoins entièrement les avis ci-dessus. Dans son désir d’échapper à ce travail, M. Delevoye dénature l’intitulé de la pétition. J’ai même vu des articles où on parle de demande de suspension de la loi. Cela ne fait en aucun cas partie du texte de la pétition. On fait une autre pétition pour demander un droit de réponse ?

    • Freddie 22 février 2013 at 10 h 15 min #

      Et comme de bien entendu, la presse ne parle que de la première partie du discours de Delevoye, qui a été beaucoup moins affirmatif sur la fin de l’entretien au sujet de la recevabilité de la pétition. Franchement les médias, c’est la honte !

  16. Sophie 22 février 2013 at 8 h 37 min #

    Bonjour,
    Je rejoins les avis de Clément et Cécile au sujet de l’émission de KTO (http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/face-aux-chretiens/face-aux-chretiens-jean-paul-delevoye/00073007 , à 38 min) où JP Delevoye affirme que notre pétition n’est pas recevable sous prétexte qu’on lui demande d’être pour ou contre.
    Or l’énoncé exact est « je demande son avis sur le projet de loi ouvrant « le mariage aux couples de personnes de même sexe et son contenu ». On ne leur demande pas de se prononcer totalement dans un sens ou dans un autre, ils peuvent simplement formuler des recommandations ou partager leurs réflexions…
    Plusieurs personnes à qui j’ai fait signer cette pétition m’ont dit qu’elles n’étaient pas opposées au projet mais à la façon dont le gouvernement passait en force, sans réel débat. Elles souhaitent que cette question soit débattue plus largement, dans de meilleurs conditions et sans précipitation, avant que l’on ne statue définitivement sur un sujet qui aura de fortes conséquences sur l’organisation de notre société.
    Réagissons !

  17. Siret 21 février 2013 at 22 h 47 min #

    Merci. Très clair. #onlacherien

  18. Cécile 21 février 2013 at 22 h 45 min #

    Bonsoir,

    C’est quoi ça? http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/Saisine%20mariage%20150213_0.pdf

    On n’a pas signé une pétition CONTRE le mariage homo!!!

    Il faut rectifier ça! Il y a urgence là!
    J’ai moi même fait signer la pétition en précisant aux gens que ce n’était pas une pétition CONTRE mais pour demander un AVIS! et que le CESE pouvait donner au final un avis allant dans le sens du gouvernement!!!

    Je suis outrée! Je compte sur vous!

    • Champar 21 février 2013 at 23 h 41 min #

      Si le CESE refuse la saisine de 700.000 personnes recueillie en 3 semaines dans les formes constitutionnelles, il faudra se poser sérieusement la question de l’utilité de cette assemblée et le cas échéant envisager sa suppression.

  19. clement 21 février 2013 at 22 h 03 min #

    A M. Brillault :

    Bonsoir,

    Il est extrêmement important que vous demandiez au CESE de modifier son « communiqué de presse » relatif à sa saisine, par voie de pétition, au titre de l’article 69 de la Constitution.

    En effet, comme vous pouvez le voir ci dessous, il est dit que le CESE a reçu une petition «contre le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ».

    http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/Saisine%20mariage%20150213_0.pdf

    Ce qui explique que, dans l’émission « face aux chrétiens » de ce jeudi, le Président du CESE clame ne pouvoir accepter une telle pétition, qui demanderait au CESE de se prononcer « pour ou contre » le projet de loi.

    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Jean-Paul-Delevoye-La-petition-sur-le-mariage-pour-tous-est-irrecevable-sur-le-fond-_NG_-2013-02-21-913695

    Cette interprétation du CESE est plus qu’abusive, diffamatoire. En effet, le Président du CESE part du principe que les signataires de la pétition sont, par nature, des soutiens de l’opinion de « la Manif pour tous ».

    Ce qui est peut être vrai, peut être faux…Mais sauf à être omniscient, J.P Delevoye ne peut en aucun cas l’affirmer (a) et par là même donner une tonalité « revendicatrice » à un texte (la pétition) qui se limite (b) à demander l’examen du projet de loi sous un angle « économique, social et environnemental » conforme à l’expertise reconnue du CESE sur le sujet.

    Affirmer comme le fait JP Delevoye, que les signataires réclament du CESE qu’il se prononce « pour ou contre » le projet de loi, parce qu’il considère que tous les signataires veulent que le projet de loi soit abandonné…C’est aussi insensé que de considérer qu’en 2009, les deux millions de Français qui ont participé à la votation citoyenne, étaient tous des soutiens de la cause du PS ! Les hautes fonctions de JP Delevoye ne l’autorisent pas à tenir pour « fait avéré » une opinion qui lui est propre.

    http://www.lamanifpourtous.fr/mediatheque/petition_citoyenne.pdf

    Il est donc très important que vous demandiez au CESE de corriger son communiqué de presse, public, sur son site, car tous les citoyens sont abusés par l’expression choisi par le CESE pour qualifier la pétition : « pétition contre le projet de loi » alors qu’il est convenable et sensé de lui préférer le terme « pétition demandant au CESE son avis sur le projet de loi untel ».

    Ceci est important, car le silence des signataires ou/et en l’espèce de leur mandataire, sur cette instrumentalisation de leur expression citoyenne, tend à accréditer l’opinion isolée de JP Delevoye. Alors qu’il convient, tout au contraire, de bien montrer que les signataires ne sont pas forcément contre la finalité du projet de loi (l’ouverture du mariage aux couples de même sexe), ni même forcément hostile à ce dernier en tant que moyen…Mais seulement désireux d’avoir un avis complet et constructif sur un texte qui suscite leur intérêt.

  20. lepolod 21 février 2013 at 20 h 20 min #

    Cher Monsieur, nous allons avoir besoin de CALME, de DETERMINATION, de PERSPICACITE ! Nous aurons besoin de votre exemple.
    Le froid sovietique s’abat sur notre pays. Nous devons nous former. Nous devons être forts. Déterminés. Exemplaires.
    Nous devons être courageux.
    DEBOUTS LES AMIS. Soyons rusés comme le renard, endurants comme le chameau, forts comme des lions.
    Libérons les faibles et les innocents de la dictature.

  21. […] En qualité de mandataire de votre pétition, j'ai décidé, de déposer un référé liberté au conseil d'Etat, afin qu'il valide la méthode de validation du Conseil Economique Social et Environnemental.  […]

  22. […] que M Philippe Brillaut, le mandataire de la pétition, a immédiatement annoncé sur son blog déposer un référé liberté auprès du Conseil d’Etat pour valider la manière dont le bureau du CESE prendra sa […]

  23. ANDRIA 21 février 2013 at 19 h 02 min #

    Merci d’avoir par une vidéo, répondu à ma question

  24. Sophie 21 février 2013 at 18 h 41 min #

    On ne lâche RIEN

  25. Bernard 21 février 2013 at 17 h 09 min #

    Félicitations pour votre réactivité.
    La bataille va être rude.
    On ne lâche rien et tous à Paris le dimanche 24 mars

  26. Havard 21 février 2013 at 15 h 15 min #

    Bonjour,
    Merci de « garantir le bon fonctionnement de la République Française » et vérifier ainsi que notre pétition soit recevable.
    Le déni avec lequel les institutions refusent de recevoir l’avis du peuple est une insulte à chacun et à la République.
    Travaillons ensemble et non en se déchirant sur un socle de vie en commun qui pouvait nous unir.
    Merci
    LMHAV


Laisser un commentaire