Ma réaction à la promulgation de la Loi Taubira

9 Commentaires à “Ma réaction à la promulgation de la Loi Taubira”

  1. Fouques Duparc 6 juin 2013 at 7 h 45 min #

    Bravo j’étais sure que votre position serait honorable ,vous ne m’avez pas déçu ,merci pour votre courage

  2. Françoise GARBE 20 mai 2013 at 9 h 42 min #

    Bravo Mieur Ph. Brillault. Je comprends votre déception, mais tous ceux qui ont combattu avec vous, CONTINUERONT. Je suis chrétienne et je veux appliquer le psaume 92(93) et l’évangile (St Marc IX, 14-29) de ce jour (sur le petit missel : PRIONS en EGLISE p 142,143,144). Je sais que tôt ou tard la vérité et la justice (la vraie) éclateront. Je crois profondément en la prière, celle qui vient à bout du Mal, même s’il faut du temps.

  3. Francois 19 mai 2013 at 13 h 41 min #

    Aux prochaines élections, ce sera le FN pour moi. Même ce combat là, la droite a été incapable de le remporter…
    J’ai tellement honte d’être français…

  4. Chretien 19 mai 2013 at 9 h 59 min #

    L’aveuglément et la surdité volontaires se soignent
    et se combattent.
    Bravo,Monsieur,pour votre courage,la force de vos
    convictions et votre pugnacité
    Bien amicalement

  5. CHAMBON 19 mai 2013 at 8 h 32 min #

    Et pourquoi pas cela ?

    Suite à une demande émanant d’élus entendant invoquer leur liberté de conscience pour ne pas célébrer de mariage homosexuel, un collectif d’avocats et de juristes a étudié les risques encourus, notamment au plan pénal, du fait des textes réprimant la discrimination, et a suggéré une solution sous la forme des projets de lettre que vous trouverez ci-après… »

    Monsieur le Préfet,

    En qualité de maire, j’exerce à la fois des attributions au nom de la commune, par délégation du conseil municipal, et au nom de l’Etat, par l’effet de la loi.

    Parmi ces dernières, celles d’officier d’état civil, prévues par l’article L 2122-32 du Code général des collectivités territoriales.

    Le vote de la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe dénature cette institution et emporte de graves conséquences sur la filiation et l’adoption. Elle impose à l’officier d’état civil que je suis un acte contraire à toutes mes convictions.

    Le président de la République, François Hollande, lors du Congrès des maires de France du 20 novembre 2012, déclarait à l’époque au sujet de ce projet :

    « Je connais les débats qu’il suscite, ils sont légitimes dans une société comme la nôtre. Les maires sont des représentants de l’Etat. Ils auront, si la loi est votée, à la faire appliquer. Mais je le dis aussi, vous entendant : des possibilités de délégation existent. Elles peuvent être élargies et il y a toujours la liberté de conscience. La conception de la République vaut pour tous les domaines et, d’une certaine façon, c’est la laïcité, c’est l’égalité : c’est-à-dire que la loi s’applique pour tous, dans le respect, néanmoins, de la liberté de conscience. »

    J’entends me prévaloir de cette liberté de conscience, mais je ne ferai pas supporter à l’un ou l’autre de mes adjoints une obligation que je refuse d’assumer moi-même.

    Il appartient à l’Etat et à ses fonctionnaires de remplir ce rôle.

    Aussi, je vous prie de prendre acte que je n’accomplirai plus aucun acte d’état civil à effet de la date de promulgation de la loi.

    Je vous rappelle à cet égard l’article L 2122-34 du Code général des collectivités territoriales qui dispose : « Dans le cas où le maire, en tant qu’agent de l’Etat, refuserait ou négligerait de faire un des actes qui lui sont prescrits par la loi, le représentant de l’Etat dans le département peut, après l’en avoir requis, y procéder d’office par lui-même ou par un délégué spécial. »

    Je vous laisse dès lors le soin de prendre les dispositions de substitution nécessaires.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération distinguée.

  6. BENOIST 19 mai 2013 at 8 h 09 min #

    Nous vous remercions Monsieur BRILLAULT. Bravo. Résistons et sachons nous faire entendre encore comme vous l’avez si bien fait jusque là.

    Bien à vous

    Anne-Marie BENOIST

  7. christian galtier 18 mai 2013 at 23 h 14 min #

    Je suis un peu déçu de cette position.

    Bien sûr, ce sont les maires qui récupèrent le mistigri maintenant. Mais cette loi est passée en discréditant toutes les institutions centralisées de notre république. Il ne nous reste que nos maires.

    Deux millions de personnes ont manifesté contre cette loi. Les maires, en première ligne maintenant, ne sont pas seuls. Ils ont la majorité avec eux.

    Peuvent-ils avoir le courage du refus ? Bien sûr, ils risquent des sanctions. Mais il ne sera pas possible à Hollande de sanctionner 10 000 maires (si tant est que ce nombre est réaliste – il s’agit de celui annoncé par le collectif des maires pour l’enfance), maires appuyés par leurs électeurs. Ce sont eux maintenant qui ont le pouvoir et le devoir de résister, forts des millions d’opposants à cette loi.

  8. MAGDINIER 18 mai 2013 at 19 h 51 min #

    Bravo Monsieur BRILLAULT!

    Ce serait bien d’avoir une version écrite de votre réaction afin de la diffuser sur le terrain!

    Merci!
    Bon courage et amplifions notre Résistance!

    Bien à vous.
    Roland MAGDINIER

    • Scherer 18 mai 2013 at 22 h 32 min #

      Merci Monsieur BRILLAULT

      La seule liberté que nous ayons aujourd’hui pour nous exprimer et montrer que nous sommes nombreux est de manifester dans la rue, paisibles et détermines.

      Nous ne lâcherons rien, jamais, même si cela doit prendre du temps.

      Rendez-vous le 26 maison sera un grand jour pour nous!


Laisser un commentaire