Au lendemain de la décision du CESE, vos réactions ont été extrêmement nombreuses

J’ai donc décidé en tant que mandataire des 700 000 pétitionnaires, avec l’aide d’une équipe de professionnels en droit, de déposer prochainement les recours nécessaires.

En parallèle, nous préparons la mobilisation du 24 mars aux Champs-Élysées. Le nombre de Français de toutes origines géographiques, sociales et religieuses devra être considérable, car c’est ce 24 mars que le Président de la République comprendra qu’il est impossible de voter en l’état la Loi Taubira et qu’il est encore temps d’ouvrir le débat. Cette décision « politique » du CESE de rejeter notre pétition ne peut que nous motiver et nous mobiliser davantage.

D’autres actions sont en cours de réflexion. Chacun dans sa diversité et fédéré par le collectif de la Manifestation Pour Tous.

À titre personnel, j’aurai l’occasion, ce soir, jeudi 28 février, en recevant tous les bénévoles qui ont participé au dépouillement des 450 000 envois postaux, de lancer une nouvelle action.

À toutes et à tous, nous ne lâcherons rien, nous ne baisserons pas les bras. Vous pouvez compter sur moi.

211 Commentaires à “Au lendemain de la décision du CESE, vos réactions ont été extrêmement nombreuses”

  1. LEPOUTRE 5 mars 2013 at 18 h 21 min #

    Faut-il déposer un recours pour obtenir (sans aucun doute) l’invalidation de la décision du CESE ? Pour quoi faire ? Savoir qu’on avait raison ? Nous le savons déjà et les médias n’en parleront pas davantage pour autant. Et le CESE serait saisi à contre coeur, ce qui risquerait même de plomber un peu plus le débat et d’aboutir à une avis très favorable au projet de loi. Bref contre-productif. Obtenir des dommages et intérêts ? Imaginez le déchaînement des médias contre nous ! En revanche, peut-être des citoyens signataires pourraient, à titre personnel, se constituer partie civile ? Bref, il y a la question juridique, mais surtout la question stratégique : je ne vous apprends sans doute rien, mais souhaitais quand même le souligner… Je tenterais plutôt une forte campagne de presse sur le thème : « pourquoi nous n’attaquerons pas la décision illégale du CESE », en appelant les démocrates de toutes opinions à venir manifester le 24 pour défendre la démocratie qui se meurt.


Laisser un commentaire